Détail de l'actualité

Déclaration du Fonds monétaire international, du Fonds arabe pour le développement économique et social et du Fonds monétaire arabe à l’issue de la conférence sur la promotion de la croissance, de l’emploi et de l’inclusion dans le monde arabe : 30/01/2018

Déclaration du Fonds monétaire international, du Fonds arabe pour le développement économique et social et du Fonds monétaire arabe à l’issue de la conférence sur la promotion de la croissance, de l’emploi et de l’inclusion dans le monde arabe

Le Fonds monétaire international (FMI), le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES) et le Fonds monétaire arabe (FMA) ont fait aujourd’hui la déclaration suivante à Marrakech à l’issue de la conférence sur le thème « Opportunités pour tous : croissance, emploi et inclusion dans le monde arabe », coorganisée par le gouvernement du Maroc, le FMI, le FADES et le FMA :

« Les pays arabes et les autres pays de la région offrent d’énormes perspectives, grâce notamment à une population jeune et talentueuse, une histoire et une culture d’une grande richesse et des ressources abondantes. Or cette région reste confrontée à des défis considérables. La persistance de conflits régionaux, le repli des cours des produits de base, une faible productivité et une mauvaise gouvernance ont freiné son potentiel considérable. La croissance n’a pas été suffisamment forte pour réduire sensiblement le chômage, qui atteint le taux élevé de 25 % chez les jeunes. Cette région a la possibilité de cultiver les talents de ses jeunes et de ses femmes et de profiter de la reprise économique mondiale pour accélérer les réformes et doper la croissance et la création d’emplois.

« La conférence de Marrakech a été l’occasion pour les décideurs et les représentants du secteur privé et de la société civile de débattre des perspectives et des défis actuels de la région. Dans le prolongement de la conférence d’Amman de 2014, qui a aidé à définir les politiques propres à stimuler l’emploi, la croissance et l’équité dans le monde arabe, la conférence de Marrakech était axée sur les politiques précises à adopter en trouvant de nouvelles sources de croissance et les mesures à prendre pour surmonter les obstacles à leur mise en œuvre et rendre la croissance plus inclusive. Ces objectifs prioritaires sont résumés dans l’appel à l’action lancé à Marrakech (ACT NOW) qui incite les pays à agir dès à présent en appliquant une série de mesures ou de réformes dans les domaines suivants :

  • Responsabilisation : accroître la transparence et renforcer les institutions afin d’améliorer la gouvernance, combattre la corruption et assumer la responsabilité des politiques d’inclusion.
  • Concurrence : rendre le secteur privé plus dynamique en améliorant l’accès aux services financiers et le climat des affaires, en réduisant les obstacles et en allégeant les formalités administratives.
  • Technologie et commerce : tirer parti de la technologie et favoriser le commerce pour produire de nouvelles sources de croissance, créer des emplois et encourager la prospérité.
  • Lutte contre la marginalisation : mettre en place des dispositifs solides de protection sociale et renforcer les droits juridiques afin d’autonomiser les populations défavorisées, notamment les jeunes, les femmes, les ruraux et les réfugiés.
  • Opportunités : accroître et améliorer les dépenses sociales et les investissements de qualité et rendre la fiscalité plus équitable afin de stimuler la croissance, améliorer le sort des citoyens et répartir plus équitablement l’effort de réforme.
  • Travailleurs : investir dans l’humain et réformer l’éducation pour préparer les travailleurs à la nouvelle économie.

« Les participants à la conférence ont relevé que bien que des progrès aient été enregistrés ces dernières années vers la réalisation de ces objectifs prioritaires, il reste encore beaucoup à faire. L’appel à l’action de Marrakech va guider le FMI, le FADES et le FMA dans leur dialogue avec les décideurs et les autres parties prenantes de la région. Il servira de base à un train de mesures que nous recommanderons aux pouvoirs publics, associés au secteur privé, à la société civile et aux institutions financières internationales, destinées à accroître la croissance et les niveaux de vie dans la région et créer un avenir plus prospère. De plus, il faudra faire davantage appel à des financements extérieurs, de préférence sous forme de dons, pour aider la région, en particulier les pays qui sortent d’un conflit et les populations déplacées par les guerres. Les participants à la conférence ont constaté qu’il incombe à tous de favoriser une croissance plus solide et plus inclusive, qui revêt une importance vitale non seulement pour la région, mais aussi pour le reste du monde.

« Le FMI, le FADES et le FMA se réjouissent d’avoir eu l’occasion d’entendre les points de vue de tous les participants et de dialoguer avec eux durant la conférence dans le cadre de notre partenariat constant avec la région. Nous tenons à exprimer nos remerciements au Royaume du Maroc, au Roi, au gouvernement, et à la population marocaine pour leur chaleureuse et généreuse hospitalité. Nous remercions également le premier ministre, M. Saad Eddine El Otmani et le ministre des finances, M. Mohamed Boussaid, ainsi que son équipe dévouée, d’avoir organisé cette conférence. Nous remercions enfin l’ensemble des participants d’avoir assuré son succès et de s’être engagés à promouvoir une croissance inclusive. »