Détail de l'actualité

Participation du MEF à la 1ère édition du Moroccan Sustainable Insurance Day 2017, sous le thème « The role of insurance industry in sustainable development » : 06/12/2017

Participation du MEF à la 1ère édition du Moroccan Sustainable Insurance Day 2017, sous le thème « The role of insurance industry in sustainable development »

Monsieur Zouheir CHORFI, Secrétaire Général du Ministère de l’Economie et des Finances, a prononcé, au nom de Monsieur le Ministre, le mot d’ouverture de la 1ère édition du Moroccan Sustainable Insurance Day 2017 qui s’est tenue ce mercredi 6 décembre 2017 à Rabat.

Cette conférence dédiée à l’assurance durable a été organisée par l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale (ACAPS) en collaboration avec la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEF), sous le thème « Rôle de l’industrie de l’assurance dans le développement durable ».

Lors de son discours, Monsieur le Secrétaire Général a rappelé les engagements pris par le secteur financier dans la feuille de route visant l’alignement du secteur financier marocain sur le développement durable.

Il a ainsi mis l’accent sur l’enjeu majeur de développement durable que constitue le changement climatique et sa forte corrélation avec la recrudescence des catastrophes naturelles qui sévissent sur tout le continent, avec les risques de  paupérisation des populations notamment parmi les couches vulnérables et démunies.

Insurance

Il a, à cet égard, rappelé que le Maroc a adopté en 2016 une loi instituant un dispositif de couverture contre les risques catastrophiques qui comprend un régime mixte d’indemnisation des victimes, combinant à la fois un système allocataire assuré par le Fonds de Solidarité contre les Évènements Catastrophiques au profit des personnes physiques ne disposant pas de couverture, et un système assurantiel au profit des personnes ayant souscrit un contrat d'assurance couvrant le préjudice corporel et les biens assurés.

Monsieur le Secrétaire Général a souligné que le Ministère, avec l’implication de l’ACAPS, œuvre activement pour une entrée en vigueur rapide de cette loi qui repose non pas sur la simple adoption des textes réglementaires mais aussi et surtout sur la mise en place du schéma institutionnel de fonctionnement du dispositif, du système d’évaluation des sinistres et de gestion des indemnisations et surtout sur une stratégie de financement qui permette de viabiliser l’ensemble du dispositif.

Il s’agit en effet d’être sûr qu’une fois les textes d’application adoptés, les sociétés d’assurance et le Fonds de Solidarité contre les Évènements Catastrophiques seront en mesure d’indemniser rapidement les victimes d'événements catastrophiques.

C’est dans ce contexte que Monsieur le Secrétaire Général a invité l’ACAPS et la Fédération à accompagner les entreprises d’assurances pour mettre en place les outils de gestion nécessaire, dont notamment les systèmes d’information et les procédures d’évaluation et de gestion des sinistres, et ce dans l’objectif d’un démarrage rapide et réussi de ce projet d’envergure.

Monsieur le Secrétaire Général a précisé, à cet égard, qu’une fois ce dispositif arrêté, les textes d’application, qui vont fixer notamment les tarifs, les franchises et les plafonds de cette nouvelle garantie contre les risques catastrophiques, seront mis dans le circuit d’adoption actant ainsi l’entrée en vigueur effective de cette loi.
En plus du changement climatique, Monsieur le Secrétaire Général a rappelé que d’autres enjeux de développement durable appellent, également, une plus forte implication de la part du secteur des assurances et une offre de produits diversifiée et adaptée.


Il a cité, à ce niveau, la micro-assurance qui est une forme de distribution de l’assurance permettant d’atteindre les plus démunis qui sont de surcroît les moins à même de faire face aux risques.

Monsieur le Secrétaire Général a évoqué, enfin, la santé et la pérennisation des revenus qui sont d’autres enjeux de développement durable pour lesquels le secteur des assurances aura à jouer un rôle plus important, à travers notamment l’offre de produits d’assurance plus appropriés, permettant ainsi d’accompagner les politiques publiques en la matière, à savoir l’assurance maladie obligatoire et les régimes de retraite surtout avec le phénomène d’allongement de l’espérance vie de la population et son corollaire en matière de viabilité de ces régimes.