Détail de l'actualité

Participation du Centre de l’Excellence pour la Budgétisation Sensible au Genre à la réunion du groupe d’experts sur le développement de l’indicateur de l’objectif du développement durable N 5.C.1 : 28/03/2017

Participation du Centre de l’Excellence pour la Budgétisation Sensible au Genre à la réunion du groupe d’experts sur le développement de l’indicateur de l’objectif du développement durable N 5.C.1

En dates du 27 et 28 mars 2017, la division de la gouvernance et du leadership de l’ONU femmes ainsi que les responsables du programme PEFA de la banque mondiale, de l’OCDE et du PNUD ont organisé un séminaire de haut niveau portant sur la définition du cadre méthodologique et conceptuel de l’indicateur de l’objectif 5.C.1 qui vise le suivi des allocations budgétaires et des dépenses affectées au financement de l’égalité.

Hormis les organisateurs, le séminaire à accueilli les hauts responsables des ministères des Finances de l’Equateur, de l’Ukraine, du Kazakhstan, de l’Autriche, du Mexique, de l’Uganda, de la République dominicaine, du Népal et du Kenya.

Les discussions ont porté sur l’importance de suivre et de rendre public les allocations budgétaires destinées à l’égalité genre et de présenter les cadres normatifs (OCDE, programme Addis-Abeba) soutenant l’indicateur 5.c.1.

Un document de discussion a été présenté par le professeur Diane Elson, professeur émérite de l’université d’ESSEx.

Il faut noter qu’un certain nombre de pays ont déjà lancé une première expérience de suivi et de reporting de l’indicateur 8 de la GPED.

BSG

La présentation de Mme BENALi Nadia, Directrice Nationale du centre de l’excellence pour la budgétisation sensible au genre, a mis l’accent sur les bonnes pratiques du Maroc et les défis de la collecte, du traitement et de la validation des données budgétaires ainsi que sur l’établissement du rapport sur le budget genre.

Mme BENALI a précisé que même si le Maroc n’a pas d’expérience affirmée dans l'établissement de l’indicateur 8 de la GPEDC, il dispose néanmoins, de tous les outils pour développer les directives de suivi pour l’indicateur 5.c.1 notamment en termes de réformes de la loi organique des finances, de l’intégration de la sensibilité genre dans les projets et actions ainsi que les indicateurs des différents départements ministériels, de l’existence d’une nomenclature fonctionnelle, des réformes des finances publiques entreprises depuis quelques années et de la disponibilité d’un système d’information.

L’expérience du Maroc a été félicitée par le chef de Secrétariat du PEFA et a été officiellement sollicité pour rejoindre le groupe d’experts pour le développement de la méthodologie de l’indicateur et pour être un des pays pilotes pour la prise et la mise en place de cet indicateur.