Détail de l'actualité

M. Mohammed BOUSSAID au forum de la MAP au sujet de la Loi de Finances 2016 : 05/01/2016

M. Mohammed BOUSSAID au forum de la MAP au sujet de la Loi de Finances 2016

Monsieur Mohammed BOUSSAID, Ministre de l’Economie et des Finances, a été le Mardi 05 janvier 2016, l’invité du Forum de l’Agence Marocaine de Presse ‘MAP’. Cette rencontre qui a été marquée par la présence des représentants d'instances gouvernementales et des médias, ainsi que des personnalités de divers horizons, s’est déroulée sous le thème : « Loi de Finances : Quelles perspectives pour l’économie marocaine en 2016 ? ».

Le Forum de la MAP a été ainsi l’occasion pour le Ministre de l’Economie et des Finances de donner des explications sur la Loi de Finances, les différentes phases de sa préparation ainsi que sur les nouvelles dispositions qui lui sont appliquées avec l’entrée en vigueur en janvier 2016, de la nouvelle Loi Organique y afférente.

Considérant la Loi de Finances comme étant une des lois les plus importantes votées chaque année par le Parlement, Monsieur BOUSSAID a expliqué l’intérêt qui lui est accordé par les instances politiques et médiatiques. Il a ainsi évoqué le lien étroit avec la politique gouvernementale et la conjoncture nationale et internationale ainsi que l’impact des résultats notamment économiques, obtenus au cours des années précédentes.

                            ::.. Galerie Photos​

M. Boussaid au Forum MAP 2016

S'agissant de la Loi de Finances 2016, Monsieur le Ministre a précisé qu'elle intervient dans un contexte international en évolution avec un PIB mondial devant passer à 3,6 % en 2016 contre 3,1 % en 2015.

La loi de Finances 2016 vise la poursuite de la récupération des équilibres macroéconomiques en ramenant le déficit budgétaire de -4,3 % en 2015 à -3,5 % en 2016 et les comptes courants de -2 % à -1,5 %.

Monsieur BOUSSAID estime qu’une bonne gestion des finances publiques et la récupération des équilibres macroéconomiques renforcent l'attractivité de l'économie nationale et encouragent l'investissement étranger.

Il a ainsi confirmé le taux de croissance prévisionnel pour 2016 qui est de l’ordre de 3% et a souligné que la Loi de Finances pour l’année en cours, va poursuivre les réformes et les chantiers structurants entrepris par le Gouvernement.

Monsieur le Ministre a par ailleurs, prévu en Europe un taux de croissance de 1,6% ce qui impactera positivement l'économie nationale. « Celle-ci a enregistré en 2015 un taux de croissance de 5% avec des améliorations dans de nombreux secteurs », va-t-il avancé en précisant que les ventes de phosphates ont augmenté de 6%, la production d'électricité de 6%, le bâtiment et les travaux publics de 1,7%, les crédits de 5,3%, la production industrielle de 2,9%.

Le déficit commercial a reculé pour sa part de 20% grâce à la diminution des importations, la hausse des exportations et la baisse du prix du baril de pétrole. Pour Monsieur Boussaid, l'un des points forts de l'économie réside dans le fait que le Maroc est doté actuellement de l'équivalent de 7 mois de réserves en devises.

Par ailleurs, Monsieur le Ministre a affirmé que le taux d'endettement devra se stabiliser à 63,4 % à fin 2015, avec une perspective baissière pour 2016 et un taux prévisionnel de 60 % à l'horizon 2020.

"Pour ce faire, le Gouvernement compte poursuivre le redressement des équilibres macroéconomiques, soutenir la croissance et améliorer le recours à des ressources exceptionnelles, notamment les dons", a précisé Monsieur BOUSSAID.

Relevant la stabilité de la dette du trésor en 2015, Monsieur le Ministre a noté l'importance de prendre en considération plusieurs facteurs de risques avant de recourir à l'endettement, à savoir les risques du taux de change et de maturité.

En effet, il a fait savoir que l'endettement à court terme représente 14 % de la dette publique, ajoutant que 77 % de cette dette se fait au niveau intérieur et 23 % au niveau extérieur.

« Par devise, l'euro s'accapare la part du lion avec 77 % de la structure de la dette extérieure publique, alors que le dollar détient 17% de ladite dette », a indiqué Monsieur le Ministre, formant le vœu de parvenir à atteindre les pondérations des devises du panier de cotation du dirham fixées à 60 % pour l'euro et 40 % pour le dollar US.

​ Sur un autre registre, Monsieur Boussaid a expliqué que la croissance de l'économie nationale reste tirée par les investissements publics, qui malheureusement ne génèrent pas assez d'emplois.