Détail de l'actualité

La Chambre des Représentants adopte en 2ème lecture le Projet de Loi de Finances 2016 : 16/12/2015

La Chambre des Représentants adopte en 2ème lecture le Projet de Loi de Finances 2016

La Chambre des Représentants a adopté, mardi 15 décembre 2015, à la majorité le projet de loi de finances 2016 (PLF 2016), en deuxième lecture. Le PLF 2016 a été adopté par 154 voix pour, 56 voix contre et 24 abstentions.

Dans une déclaration à la presse, Monsieur Mohammed BOUSSAID, Ministre de l’Economie et des Finances, a affirmé que la Loi de Finances 2016 constitue une étape essentielle dans le cadre des réformes entreprises par le Royaume notamment dans les domaines économique et financier, estimant que ce texte donne espoir et renforce les fondements de l'économie marocaine pour accéder au club des pays émergents.

« Ce projet accorde une grande importance à l'investissement public, aux postes budgétaires, à la poursuite des mesures fiscales, et la mise en œuvre de la réforme relative à la régionalisation élargie et à la loi organique relative à la Loi des Finances (LOF) », a souligné Monsieur BOUSSAID, ajoutant que ce projet balise le terrain à un avenir meilleur et plus inclusif à travers la réduction des disparités entre les régions et au sein de la société.

La Loi de Finances 2016 prévoit notamment la réalisation d'un taux de croissance de 3%, la poursuite de la réduction du déficit budgétaire à 3,5 % et la maîtrise de l'inflation à hauteur de 1,7 %, sur la base d'un prix du pétrole estimé à 61 dollars le baril et un taux de change de 9,5 dirhams/dollar.

Elle vise également la consolidation des bases d'une croissance économique équilibrée poursuivant le soutien de la demande et l'encouragement de l'offre à travers la stimulation de l'industrialisation, la promotion de l'investissement privé, le soutien à l'entreprise et l'accélération des plans sectoriels, outre le renforcement des piliers d'un développement économique intégré qui diminue les disparités sociales et spatiales et offre des opportunités d'emploi décent.