Détail de l'actualité

Le Maroc et la Banque Mondiale signent l’accord de financement de HAKAMA II : 02/12/2015

Le Maroc et la Banque Mondiale signent l’accord de financement de HAKAMA II

Monsieur Mohammed BOUSSAID, Ministre de l’Economie et des Finances et Madame Marie Françoise Marie-Nelly, Directrice du Département Maghreb et Malte à la Banque Mondiale, ont procédé Mercredi 02 décembre 2015 à Rabat, à la signature de l’accord de financement relatif au second prêt de politique de développement pour la transparence et la redevabilité (Programme Hakama – deuxième phase) d’un montant de 200 millions de dollars US (2 milliards de dirhams).

Dans son intervention, Monsieur le Ministre s’est réjoui de la conclusion de la seconde opération d’appui du programme Hakama avec la Banque Mondiale.

« Cette deuxième opération est motivée par des avancées notables dans le domaine de la gouvernance publique, notamment le renforcement de la gouvernance en matière budgétaire, de la dépense publique, des partenariats public-privé, des entreprises et établissements publics ainsi que le renforcement de la gouvernance territoriale et de la gouvernance verte», a précisé Monsieur BOUSSAID.

Monsieur le Ministre a également affirmé que la constitution de 2011 a instauré une nouvelle vision de la gouvernance publique en formant la référence en matière de réforme de l’Administration Publique et de bonne gouvernance notamment à travers, la concertation comme base pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques, le droit à l’information, l’accès des citoyens aux services publics, la constitutionnalité de la notion du service public, l’obligation faite à l’Administration pour rendre compte de la gestion des deniers publics et l’instauration des instances de gouvernance et de promotion des services publics.

Pour sa part, la représentante de la Banque Mondiale a souligné l’ampleur de la bonne gouvernance pour le développement économique et social d’un pays, reflétée par l’importance du capital intangible de nombreux pays et du Maroc en particulier, où il représente 63% de la richesse totale du pays.

En précisant que le capital institutionnel (la qualité des institutions et règles) et le capital social (leur application) sont deux composantes majeures de ce capital intangible, Madame Marie-Nelly a souligné que les ambitieuses réformes constitutionnelles, soutenues par la série de prêts de politiques de développement ‘Hakama’, permettent de valoriser davantage ce capital institutionnel et d’en renforcer l’application pour les citoyens, contribuant ainsi à la consolidation de la confiance et du capital social.

«L’adoption de ces nouvelle politiques et réformes, consacrées par la signature de ce prêt, représente un résultat majeur ainsi que le début d’une seconde étape; celle de la mise en œuvre volontariste et effective de ces nouveaux droits et outils afin qu’ils se traduisent en améliorations tangibles pour les citoyens et permettent au Maroc de pleinement recueillir les dividendes de son capital intangible», a affirmé la représentante de la Banque Mondiale, avant d’exprimer sa grande satisfaction à continuer le partenariat riche et fructueux entre le Royaume du Maroc et la Banque Mondiale.

Le programme ‘Hakama II’ s’articule autour de deux axes : le premier axe porte sur le renforcement de la transparence et de la redevabilité dans la gestion des ressources publiques à travers notamment l’adoption d’une budgétisation basée sur la performance, l’amélioration de la concurrence et de la transparence dans la passation des marchés publics et les partenariats public-privé, l’amélioration du contrôle financier et de la gouvernance des entreprises et établissements publics (EEP) et la modernisation de la gouvernance et gestion financière locales. Quant au deuxième axe, il porte sur la promotion de la gouvernance ouverte à travers l’amélioration de la transparence budgétaire et de l’accès à l’information et le renforcement de l’expression civique et de l’engagement des citoyens.