Détail de l'actualité

Le projet de Loi de Finances 2016 adopté par le Conseil du Gouvernement : 14/10/2015

Le projet de Loi de Finances 2016 adopté par le Conseil du Gouvernement

Le Conseil du Gouvernement réuni, mercredi 14 octobre 2015, sous la présidence du Chef du Gouvernement, Abdelilah Benkirane, a adopté le projet de loi de finances 7​0-15 au titre de l'exercice financier 2016, et les cinq projets de décrets annexes.

Au début des travaux du Conseil, Monsieur Mohammed BOUSSAID, Ministre de l'Economie et des Finances, a présenté un exposé sur les orientations générales du projet de Loi de Finances pour l’année 2016.

Monsieur BOUSSAID a précisé que ce projet, élaboré en application des Hautes Orientations Royales tend à mettre en œuvre les orientations générales adoptées en Conseil des ministres et qui s'articulent autour de quatre priorités:
  • La consolidation des bases d'une croissance économique équilibrée poursuivant le soutien de la demande et l'encouragement de l'offre à travers, en particulier, la stimulation de l'industrialisation, l'encouragement de l'investissement privé, le soutien de l'entreprise et l'accélération des plans sectoriels;

  • Le renforcement des piliers d'un développement économique intégré qui diminue les disparités sociales et spatiales et offre des opportunités d'emploi décent;

  • L'accélération de la mise en œuvre de la régionalisation et de la cadence des grandes réformes structurantes;

  • La mise en œuvre de la réforme de la loi organique des Finances et la poursuite des efforts pour la récupération progressive des équilibres macro-économiques.
Le Ministre de l’Economie et des Finances a souligné que ce projet vise également la mise en œuvre du programme ambitieux annoncé par Sa Majesté le Roi, que Dieu l'Assiste, dans le discours du Trône, relatif à la lutte contre les déficits en matière de services publics et de base dans le monde rural, notamment dans les régions éloignées et enclavées.

Ce projet de loi de finances intervient dans un contexte international marqué par une amélioration des prévisions de l'économie mondiale et de perspectives prometteuses pour la région euro-méditerranéenne, favorisant la demande étrangère, et la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux.

Il intervient aussi après une année marquée par un taux de croissance de 5% et une récolte agricole record ayant atteint 115 millions de quintaux ainsi que dans le cadre d'indicateurs économiques favorables résultant d'une série de grandes réformes ayant abouti à la baisse du déficit de la balance des paiements à 2,8% au lieu de 9% il y'a quatre années et de celui de la balance commerciale de 20,4% par rapport à l'année dernière. ​

Ces données traduisent le recul du déficit budgétaire à 4,3 % en 2015 contre 7,7 % en 2012, la baisse du taux de chômage à 8,7 % et la maitrise de l'inflation à hauteur de 1,8 %, autant d'indicateurs qui permettront à notre pays de poursuivre, durant le prochain exercice budgétaire, les grandes réformes entreprises et de mettre en œuvre les grandes orientations du projet de la loi de finances.

Concernant les indicateurs chiffrés de ce projet, il se base sur quatre hypothèses: la réalisation d'un taux de croissance de 3 %, la poursuite de la réduction du déficit budgétaire à 3,5 % et la maitrise de l'inflation à hauteur de 1,7%, dans le cadre d'un prix du pétrole à 61 dollar le baril.

Les données chiffrées sont établies sur la base de dépenses à hauteur de 388 milliards de dirhams (MMDH) et des recettes devant atteindre 364 MMDH.