Détail de l'actualité

M. BOUSSAID au meeting sur l’information financière : 13/05/2015

M. BOUSSAID au meeting sur l’information financière

Monsieur Mohamed BOUSSAID, Ministre de l’Economie et des Finances a présidé, le mercredi 13 mai 2015 à Casablanca, le meeting sur l’information financière qui s’est tenu sous le thème : « La donnée financière au cœur du développement d’un hub financier ».

 

Organisé par la Bourse de Casablanca, Maroclear et Finances News Hebdo, ce meeting se fixe comme objectifs de faire un diagnostic de la situation actuelle et de dégager les propositions concrètes pour une meilleure gestion des flux d’informations financières, afin que la place casablancaise puisse disposer de données financières pertinentes, régulières et fiables.

Le Discours d’ouverture de cette rencontre prononcé par le Ministre de l’Economie et des Finances, a été l’occasion de mettre en exergue l’action des pouvoirs publics en matière d’information financière ainsi que la politique du Gouvernement pour le développement du secteur financier.

Dans ce cadre, Monsieur BOUSSAID a relevé les trois grands objectifs à court et à moyen termes spécifiques à la politique du secteur financier se manifestant à travers :

  • La consolidation de la stabilité financière du secteur ;

  • L’approfondissement du rôle des marchés financiers dans le financement de l’économie ;

  • Le renforcement de l’inclusion financière.

Pour Monsieur le Ministre, la Stabilité, la Profondeur et l’Inclusion sont les trois mots d’ordre qui guident l’action du Gouvernement dans ce secteur névralgique pour l’avenir économique et sociale de notre pays. Il a également souligné que cette politique financière n’a de sens que si la transparence et la confiance sont bien ancrées au sein de notre marché financier.​

« Pour atteindre cet objectif commun, nous devons œuvrer au renforcement de la qualité tout au long de la chaine d’information financière. Une chaine ou de nombreux acteurs interviennent et qui doivent fonctionner en harmonie et en bonne intelligence. Il s’agit là entre autres des émetteurs, des investisseurs, des épargnants, des intermédiaires financiers et tous les prestataires de services professionnels », a précisé Monsieur BOUSSAID et d’ajouter : « Pour tous ces professionnels, la donnée financière est la principale matière première dont ils ont besoin pour effectuer correctement leurs opérations. Ils dépendent fortement de sa pertinence et de sa fiabilité pour pouvoir prendre au moment opportun des décisions «éclairées».

Elle est également la base sur laquelle les autorités de contrôle s’appuient pour encadrer et réguler les marchés financiers dans un objectif de protection de l’épargne et de stabilité financière ».

Concernant l’intervention publique en matière de promotion de l’information financière et de la transparence des marchés, Monsieur le Ministre l’a présenté à l‘assistance en trois points, à savoir :

  • L’amélioration continue de la législation et de la gouvernance financière ;

  • L’intensification de la coopération financière internationale et régionale ;

  • ​​​La consolidation et la modernisation des infrastructures financières. 
Monsieur le Ministre a saisi cette occasion, pour faire deux annonces :
  • ​La première porte sur la mise en place prochaine d’un référentiel central (trade re​​pository) qui jouera un rôle fondamental dans la transparence du marché à travers la dissémination des données permettant aux participants, aux autorités et au public de suivre et évaluer en temps requis les marchés ainsi que les positions des opérateurs;

  •  ​La deuxi​ème a trait à la mise en place d’un système de contrôle des analystes financiers. 
​​Monsieur BOUSSAID a par ailleurs, invité l’entreprise considérée comme la principale source de données financières, à jouer pleinement son rôle, à l’image de l’Etat et des régulateurs dans le processus de renforcement de la transparence au sein de notre place financière.

 

« Au-delà des règles minimums imposées par la loi, chacune de nos entreprises doit s’engager à mettre en œuvre progressivement les meilleures pratiques en matière de communication financière et de gouvernance interne », a affirmé Monsieur BOUSSAID qui estime que la transparence financière demande aussi que les investisseurs soit plus exigeants.

« Je pense en effet que les investisseurs institutionnels peuvent inciter les émetteurs à plus de transparence soit au moment de la souscription en exigeant une meilleure appréciation du risque ou encore en étant plus actifs dans les instances de gouvernance de ces entreprises ou des instances représentatives des porteurs de titres », a-t-il conclu.

Galerie photos​

Galerie