Détail de l'actualité

L’agence de notation Standard & Poors confirme le niveau « INVESTMENT GRADE » attribué au royaume du Maroc avec perspective stable : 27/11/2014

L’agence de notation Standard & Poors  confirme le niveau « INVESTMENT GRADE » attribué  au royaume du Maroc avec perspective stable

Standard & Poor’s a confirmé, le 14 novembre 2014, les notes « BBB-/A-» du Maroc pour ses dettes à long et à court terme en devises et en monnaie locale, avec perspective stable. 
Selon l’agence, la confirmation des notes du Maroc se justifie par la reprise de la croissance économique, sous l’effet de l’accélération de la production des secteurs à forte valeur ajoutée, et par la poursuite de la consolidation des déficits budgétaire et du compte courant. 

Standard & Poor’s souligne que ce niveau de notation est également soutenu par la résilience dont a fait preuve le Maroc après le déclenchement de la crise économique et financière et les événements du printemps arabe. La volonté et la capacité du gouvernement à poursuivre d’importantes réformes et la position favorable qu’occupe le Maroc dans le classement des institutions internationales en termes notamment de gouvernance et de qualité des institutions sont autant de facteurs qui soutiennent la notation. 

En termes de perspectives, l’agence souligne qu’il s’attend à ce que la consolidation budgétaire se poursuive, ce qui permettra au gouvernement d’atteindre son objectif de déficit budgétaire prévu pour 2017. Standard & Poor’s s’attend également à une baisse du déficit du compte courant  sous l’effet conjugué d’une augmentation des exportations notamment des secteurs des phosphates et de l’automobile, des recettes touristiques et des investissements directs étrangers dans un contexte de reprise, quoique lente, de la croissance en Europe, et du recul des cours des hydrocarbures. En termes de croissance, l’agence prévoit un trend haussier du PIB pour atteindre 5% en 2017 grâce notamment à une croissance rapide des nouveaux secteurs industriels tels que l’automobile, l’aéronautique et l’électronique, et ce, en ligne avec le Plan d’accélération industrielle.