Détail de l'actualité

Monsieur Boussaid donne une conférence de presse au sujet de l’émission obligataire sur le marché financier international : 20/06/2014

Monsieur Boussaid donne une conférence de presse au sujet de l’émission obligataire sur le marché financier international

Le Ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed BOUSSAID, a donné le Vendredi 20 juin 2014 à Rabat, une conférence de presse au sujet de l'émission obligataire sur le marché financier international. Etaient présents à cette rencontre qui s'est déroulée en présence du Ministre Délégué chargé du Budget, Monsieur Driss El Azami Idrissi et des représentants des banques, chefs de file conjoints, une soixantaine d'organes de presse représentant aussi bien les médias nationaux qu'étrangers.

La présentation exhaustive de Monsieur le Ministre a permis aux journalistes de prendre notamment connaissance de l'évolution récente de la dette, de sa structure, de la sortie réussie sur le marché financier international et des perspectives et besoins de financement pour 2014.

EVOLUTION DE LA DETTE

Monsieur BOUSSAID a tout d'abord souligné que tous les Etats modernes, pour soutenir le développement économique et social, ont recours au levier de l'endettement. Les statistiques présentées ont donné un aperçu sur l'évolution de la dette totale du Trésor qui a connu une baisse entre 2001 à 2004 passant de 67,1% du PIB à 58,2%, une légère augmentation en 2005 avec 62,1%, pour ensuite connaitre une baisse graduelle allant jusqu'à 47,3% entre 2008 et 2009. Cette tendance s'est estompée depuis, pour une progression continue qui a atteint 63,5% du PIB en 2013. Cette augmentation est la résultante d'une politique budgétaire expansionniste menée volontairement par l'Etat sur la période 2009-2012 pour amortir les répercussions des chocs externes. A titre d'exemple, le volume moyen de l'investissement public et les charges moyennes de compensation ont tous les deux, été doublé entre cette période et la période d'avant, à savoir 2005-2008.

A partir de 2013, le gouvernement a adopté une politique budgétaire stabilisatrice qui a commencé à inscrire notre pays sur une trajectoire de redressement budgétaire qui devrait venir stabiliser le taux d'endettement à partir de l'année prochaine.

CADRE JURIDIQUE DE L'ENDETTEMENT ET STRATEGIE DE FINANCEMENT

Monsieur le Ministre a par ailleurs, donné un aperçu sur l'encadrement juridique de l'endettement dans le Royaume en soulignant que le recours à ce dernier est encadré en amont et en aval par le Parlement et que l'endettement net sur l'année budgétaire doit être inférieur ou égal au budget d'investissement.

S'agissant de la stratégie de financement, Monsieur BOUSSAID a souligné ses six principes qui consistent à permettre à l'Etat d'honorer ses engagements, à sauvegarder et développer la capacité d'endettement du pays, à réduire le coût du financement et les risques, à optimiser les conditions de financement, à diversifier notre base d'investissements et à contribuer au développement du marché des valeurs du Trésor.

Quant aux sources de financement du Trésor, Monsieur BOUSSAID a révélé que le marché des adjudications des bons du trésor sur le marché intérieur, reste la principale source de financement. Il a en outre, affirmé que le financement extérieur passe par une mobilisation intensive des dons et des financements extérieurs concessionnels. « Le recours au marché financier international ne se fait que lorsque les conditions sont favorables », a-t-il précisé.

Evoquant la structure de la dette, Monsieur le Ministre a indiqué que le Maroc se compare plutôt favorablement avec les autres pays en termes de poids de la dette, avec une dette du Gouvernement central de 59,6% contre 70,5% pour l'Espagne, 85,8% pour la France, 120,7% pour l'Italie mais aussi 45,8% pour la Tunisie et 36,2% pour la Turquie. Pour la dette extérieure publique, celle-ci ne présente pour le cas du Maroc que 25,4% au moment où elle est à 80,2% pour l'Egypte, 79,6% pour la Jordanie, 44,5% pour la Tunisie et 36,4% pour la Turquie.

LA SORTIE REUSSIE SUR LE MARCHE FINANCIER INTERNATIONAL

La réalisation récente d'une émission obligataire sur le marché financier international d'un montant de 1 milliard d'euros, a donné lieu de la part de Monsieur le Ministre de plusieurs explications par rapport au timing de l'émission et à ses caractéristiques.

Dans ce cadre, Monsieur Boussaid a précisé que le timing de l'émission a été choisi pour d'une part acter la performance de l'économie marocaine, récemment saluée aussi bien par le Fonds Monétaire International que par les agences de notation Standard and Poor's et Fitch Rating et d'autre part, pour saisir les conditions favorables qui ont prévalu sur le marché financier international et qui ont permis un retour réussi de notre pays sur le marché de l'euro, après une absence de près de quatre ans.

Pour les caractéristiques de l'émission, Monsieur le Ministre a signalé que la répartition par profil d'investisseurs montre notamment trois grandes catégories : gestionnaires de fonds (55%), Banques et banques privées (22%) et compagnies d'assurance (15%). Au niveau de la répartition géographique, il a mentionné la plus grande part qui revient à l'Allemagne et à l'Autriche avec 22% suivie du Moyen-Orient avec 21%, le Royaume Unis avec 18% la France avec 12%, Autres pays d'Europe avec 11%, les Etats-Unis offshore (7%) et autres (9%).

Monsieur Boussaid a ainsi affirmé que les conditions spécifiques à la récente émission obligataire sur le marché financier international, sont des conditions meilleures que celles relatives aux émissions précédentes du Maroc. Il a également signalé que le taux de rendement servi sur l'émission à 10 ans sur le Marché Financier International (3,702%) est inférieur au taux de rendement de la même maturité sur le marché domestique (4,393%).

Enfin, le Ministre de l'Economie et des Finances a annoncé le besoin de financement net pour le 2ème semestre 2014 qui est estimé à environ 16 MM dh dont près de 10 MM dh seront couvert par des ressources internes.