Portail Internet MEF | Ministère de l'Economie et des Finances
  • |
  •    

Investisseur

Stratégie dans le domaine de l'énergie

 

Le Maroc est peu doté en ressources énergétiques conventionnelles et importe 96 % de son énergie. Or, le Royaume doit répondre à une demande croissante (environ 7 % par an) à cause de son essor économique et de sa croissance démographique. Pour relever ces défis, le Ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement a élaboré une nouvelle stratégie énergétique nationale afin de sécuriser l'approvisionnement en énergie tout en adoptant une démarche de développement durable. Cette stratégie vise également à maintenir des prix compétitifs et à mieux la maîtriser la demande.

Dans le cadre de cette stratégie, plusieurs orientations ont été adoptées :

• La mise en place d'un mix électrique optimisé autour de choix technologiques fiables et compétitifs ;

• la mobilisation des ressources nationales grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables ;

• la promotion de l'efficacité énergétique, érigée en priorité nationale ;

• l'intégration régionale.

Réalisations 2009 – 2012

Plusieurs institutions ont été créées afin de mener à bien la stratégie énergétique : l'Agence de Développement des Energies Renouvelables et de l'Efficacité Energétique (ADEREE), l'Agence Marocaine de l'Énergie Solaire (MASEN), la Société d'Investissement Energétique (SIE) et l'IRESEN (Institut de Recherche en Énergie Solaire et Energies Nouvelles).

Un nouveau cadre législatif et réglementaire a également été mis en place :

• lois relatives à l'Efficacité Energétique et au regroupement ONE – ONEP ;

• loi 13-09 sur les énergies renouvelables (opportunités d'investissement pour le secteur privé qui peut produire des énergies renouvelables et fournir le marché local et/ou international).

En parallèle, plusieurs mesures ont été mises en place afin de mieux maîtriser la demande : introduction des LBC, adoption de l'horaire GMT+1, tarifs Super Pointe... Le Plan National des Actions Prioritaires a pour objectif d'assurer l'équilibre entre production et demande. La capacité énergétique globale a été renforcée grâce à la réalisation d'infrastructures d'une capacité de 1400 MW pour un budget de 14 milliards de dirhams. Enfin, une offre industrielle complète et intégrée a été conçue pour promouvoir les énergies renouvelables auprès des investisseurs et des opérateurs.

Perspectives

Le Maroc s'est fixé pour objectif de porter à 42 % la part des énergies renouvelables dans la puissance électrique totale installée à l'horizon 2020. Ainsi, deux programmes intégrés et structurants pour le développement des filières énergétiques solaires et éoliennes ont été lancés : le complexe solaire d'Ouarzazate (capacité de 160 MW), et les parcs éoliens de Haouma et de Laâyoune (capacité de 700 MW). En ce qui concerne la filière photovoltaïque, une étude d'opportunité sur l'utilisation à grande échelle du photovoltaïque résidentiel a été initiée en 2012.

En parallèle, un vaste programme de renforcement de la capacité de production a été initié. Ce dernier comprend la construction du complexe hydroélectrique de Mdez El Menzel, d'une puissance de 170 MW, et la réalisation de la Station de Transfert d'Énergie par Pompage (STEP) de Abdelmoumen, d'une puissance de 350 MW. En ce qui concerne la source charbon, deux unités d'une puissance de 2x350 MW seront mises en service à Jorf Lasfar. Deux centrales seront également opérationnelles à Safi et Jerada, d'une puissance respective de 1320 et 350 MW.

Pour satisfaire la demande croissante, l'ONEE a lancé un programme d'équipement permettant d'atteindre une capacité additionnelle de 5500 MW à horizon 2016 (en tenant compte des projets du Plan Solaire Marocain et des centrales en cours de construction à Jorf Lasfar, Safi et Jerada). La mise en œuvre de cette stratégie nécessite, en outre, un effort d'investissement important en termes d'infrastructures de transport et de stockage.